Le jeudi 7 novembre : journée culturelle. Nous nous rendons au Carré Magique pour assister au spectacle “Bon débarras !” joué par la compagnie Alula.

Trois comédiennes manipulent des marionnettes plus vraies que nature.

Toutes les scènes se passent dans un débarras coincé sous l’escalier d’une maison de la fin du 19ème siècle.

Plusieurs générations d’enfants y jouent, s’y enferment, et observent le monde.

Que l’on soit en 1906 ou en 2017, les jeux se ressemblent. Seuls les codes vestimentaires, les coupes de cheveux et le langage évoluent.

Pour faire durer le plaisir, nous avons partagé nos questions avec les copains et la maîtresse. Nous avons aussi engagé quelques pistes de réflexion en classe.

 

1 / La chronologie

Grâce à certains indices (costumes, objets), nous avons placé les personnages sur une frise chronologique. C’est vrai que Joseph et Eléonore (début du siècle dernier) n’ont pas le même accoutrement que Mathéo et Laura (années 1980).

2/ Le langage

Certains mots ou tournures de phrases ne sont plus usités. Nous avons tenté de les traduire. C’est ainsi que “fichtre” devient “zut, flûte, mince, …”. Qu’est donc que l’insubordination, le vélocipède ? Le portrait du père n’est plus affiché dans la salle à manger mais les selfies de papa s’affichent sur son portable.

 

3/ L’égalité des sexes

Au début des siècles, l’éducation, le choix du métier différaient selon qu’on soit fille ou garçon. Ainsi Eléonore, rêve de devenir médecin. Son frère lui rappelle qu’elle peut être infirmière, tout au plus …