A partir d’une histoire contée par Marine, les enfants vont réaliser des silhouettes qu’ils pourront manipuler et mettre en scène.

 “C’est l’histoire d’une moufle qui repose sur un tapis neigeux”

Marine déroule sur ses genoux un tapis blanc comme neige. Sur la neige repose une moufle rouge.

 “Successivement plusieurs animaux y pénètrent car dehors il fait si froid : un escargot, un oiseau, un lapin, un renard et un ours. Dedans, c’est tout doux, tout chaud, tout moelleux, si bien qu’ils s’endorment”

Entre les doigts de Marine, défilent des feuilles de papier et une paire de ciseaux. Elle découpe à main levée les personnages qu’elle met en scène pour raconter l’histoire. Les personnages prennent vie sous nos yeux ébahis. Les personnages sont si bien caractérisés que nous avons du mal à croire qu’elle ne suit pas un contour.

“Arrive une puce qui s’y installe à son tour et comme elle a faim, elle pique tour à tour les occupants. Les animaux se mettent à se gratter, à gigoter, à râler, …Tant et si bien que la moufle explose en mille morceaux”

A l’issue de l’histoire, Marine nous invite à créer notre propre insecte, celui qui aurait pu se glisser à l’intérieur de la moufle. Laissons libre cours à notre imagination !

Marine a ensuite tendu sur un fil, un grand tissu blanc où figurait un tronc d’arbre. Derrière, il y avait un projecteur qui faisait une grande lumière.

Dans un premier temps, les enfants ont été invités à défiler derrière l’écran, de face, puis de profil. Les enfants spectateurs ont pris plaisir à essayer d’identifier ceux qui défilaient à partir de leur ombre projetée sur l’écran. Dans un second temps, chaque enfant a été invité à mettre en scène sur le décor, son insecte monté sur une baguette. Leur créativité a été surprenante !

Seule déception, le manque de lisibilité des photographies.

Le théâtre d’ombres permet d’aborder une technique d’expression intéressante et en fait un outil pédagogique qui illustre bien la transversalité des savoirs :

Dans la maîtrise de l’expression orale (verbalisation à partir des réalisations plastiques, évocation de l’imaginaire).

Par la sensibilisation aux notions de mouvements et d’espace.

Par l’intégration des arts visuels.